Le billet de Pascal Perrineau - Le retour de la confiance ?

Le billet de Pascal Perrineau - Le retour de la confiance ?

Dimanche 19 juin, la longue séquence électorale entamée il y a de nombreux mois sera close. Le nouveau pouvoir sera en place : un nouveau Président, un nouveau gouvernement et une nouvelle Assemblée nationale.

Seul le Sénat reflétera les équilibres anciens. Il pourra d’ailleurs jouer un rôle de contrepoids et on verra dans quelle mesure les élections sénatoriales de septembre prochain affecteront ou non celui-ci. À l’Assemblée nationale, la majorité du groupe "La République En Marche" s’annonce large et même très large. 

Le nouveau pouvoir a ainsi tous les moyens de mettre en œuvre le programme sur lequel il a été élu. Jamais depuis 1958, le pouvoir n’a eu les coudées aussi franches. Cependant, la très forte abstention enregistrée aux élections législatives, les oppositions éclatées mais fortes constatées lors de l’élection présidentielle montrent que la confiance démocratique dont Emmanuel Macron, dans sa campagne,  appelait le retour, n’a fait que quelques pas timides.

Dans son programme le futur Président de la République écrivait : «Il est faux de prétendre que rien n’a été fait pour tenter de retisser un lien de confiance entre la Nation et ses représentants ( …) Mais il faut avoir le courage d’aller plus loin vers la confiance et la proximité. Nos représentants nous ressemblent trop peu… » On pourra juger, au soir du second tour des élections législatives, des avancées sur ce terrain sachant qu’un long chemin reste à parcourir pour réconcilier le pouvoir et les citoyens. Comme le disait l’abbé Sieyès, l’un des pères fondateurs de la démocratie française : « La confiance doit venir d’en bas et le pouvoir d’en haut ». Pour l’instant, le deuxième mouvement est évident, le premier encore trop modeste.

Les meilleurs tweets - Le remaniement

Les meilleurs tweets - Le remaniement

Sortie d'amphi - Le premier tour des législatives vu par les étudiants

Sortie d'amphi - Le premier tour des législatives vu par les étudiants