Le chiffre qui dérange - Le vote FN des policiers et militaires

Le chiffre qui dérange - Le vote FN des policiers et militaires

Le directeur de recherches au CEVIPOF Luc Rouban (promo 83) analyse la forte hausse du vote Front national chez les policiers et les militaires : 56,2% des policiers et militaires prévoient de voter Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle.

Le Front national attire bien plus de fonctionnaires en 2016 qu’il ne le faisait en 2012. Alors qu’en 2012, 39% des policiers et militaires ont voté pour Marine Le Pen au second tour, ils sont désormais 51,6% à vouloir voter pour le FN dès le premier tour lors de la présidentielle de 2017 face à François Hollande et Alain Juppé. Un pourcentage qui grimpe à 56,2% en cas de candidature de Nicolas Sarkozy à droite. Cette progression est encore plus forte chez les seuls actifs car ces derniers envisagent de voter Marine Le Pen à hauteur de 59 % avec des différences fortes entre secteurs et catégories : 54 % dans l’armée et la gendarmerie, 66 % dans la police. Plus le grade est modeste et plus cette tendance s’affirme (73 % chez les seuls agents de police) même si les effectifs réduits des sous-échantillons ne garantissent pas la représentativité.

Au-delà de la police et de la gendarmerie, l’enquête électorale française du CEVIPOF montre que Marine Le Pen était préférée en mai 2016, en suffrages exprimés, dans l’ensemble des trois fonctions publiques, par 31 % des employés de catégorie C, 26 % de ceux de catégorie B et 13 % des cadres A (en retenant l’hypothèse d’Alain Juppé candidat de LR). Les mêmes agents avaient voté FN en 2012 à hauteur respectivement de 20 %, de 13 % et de 7 %. La progression du FN est donc encore plus forte en catégories A et B qu’en catégorie C. Si la sociologie du vote frontiste n’a guère changé, puisqu’il est inversement proportionnel au niveau de diplôme et à l’âge des enquêtés, son extension est un phénomène nouveau touchant même les enseignants.

L’explication de cette évolution est triple. Tous les agents publics en contact avec les usagers subissent depuis des années une pression forte liée à la fois à la réduction des effectifs et à l’augmentation des agressions. Les conditions de travail se sont dégradées, que la droite ou la gauche soit au pouvoir. Sur le terrain, le sentiment général est celui de l’abandon, les agents devant « faire avec » et se débrouiller. À cette pression au travail s’ajoute un rejet très fort de l’immigration (pour 78 % des policiers et militaires actifs il y a trop d’immigrés en France) et des communautarismes. La laïcité déclinée par les sommets de l’État est impossible à imposer, créant une situation d’anomie où le discours républicain est confronté au quotidien à des pratiques communautaires. Un troisième facteur est le sentiment de déclin social fortement éprouvé par les agents de catégorie C. Ce phénomène s’explique par le fait que bon nombre d’agents modestes sont en réalité surdiplômés pour leur emploi alors que les perspectives de carrière se sont bouchées.

Par Luc Rouban, directeur de recherche CNRS – CEVIPOF

___

Méthodologie :

Ces chiffres sont tirés d’une note du CEVIPOF (centre de recherches politiques de Sciences Po) publiée en juin 2016, second volet d’une enquête qui mesure de façon régulière les intentions de vote des fonctionnaires pour l’élection présidentielle de 2017. La note s’appuie sur un échantillon panélisé et regroupant des enquêtés qui ont tous répondu aux diverses vagues de l’enquête, ce qui permet d’apprécier l’évolution des réponses données par les mêmes personnes. De novembre 2015 à juin 2017, le CEVIPOF déploie un dispositif inédit de recherche et notamment l'Enquête électorale française dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017, en partenariat avec IPSOS et Le Monde

Le Grand Débat - Cinq regards sur la France qui doute

Le Grand Débat - Cinq regards sur la France qui doute