Les grands enjeux - « Protéger les enfants d’eux-mêmes »

Les grands enjeux - « Protéger les enfants d’eux-mêmes »

Pendant quatre ans Philippe-Pierre Cabourdin (promo 82) a dirigé la Protection Judiciaire de la Jeunesse, avec pour mission de mettre en œuvre les décisions de tribunaux pour enfants et assurer le suivi des mineurs placés « sous main de justice ». L’ancien recteur de l’Académie de Reims puis de Caen souhaite que l’État se concentre davantage sur les mineurs en grandes difficultés.


Comment êtes-vous devenu directeur de la Protection Judiciaire de la Jeunesse ? 

Après mes études à Sciences Po, j’ai pris un poste de commissaire à la Légion Etrangère. J’ai ensuite intégré la Cour des Comptes. Après quelques années, mon Président de Chambre m’a incité à me rapprocher du ministère de la Justice où j’ai pu découvrir les missions de la PJJ. J’ai été reçu par le directeur central de la PJJ. Il m’a proposé de me recruter pour prendre la direction régionale de l’Ile-de-France. Pour un magistrat de la Cour des Comptes, un poste en service déconcentré avait le mérite d’être original ! J’ai donc été directeur régional entre 2003 et 2005. Puis, de 2005 à 2007, j’ai rejoint le cabinet du ministre de la Justice, Pascal Clément. J’ai ensuite été nommé directeur central de la PJJ, fonction que j’ai occupée jusqu’en 2011.   

Au cours de vos années à la PJJ, en tant que directeur régional ou central, quelles situations humaines vous ont particulièrement marqué ? 

Plusieurs cas, certains dramatiques, d’autres déroutants, m’ont interpellé. Sur le bureau d’un directeur d’administration centrale ne parviennent que les mauvais dossiers. Lorsque je les parcourais, je constatais tout ce qui n’avait pas été fait. Bien sûr, c’est un peu facile à dire lorsque l’on reprend un dossier a posteriori ! Un drame m’a particulièrement bouleversé : le premier suicide d’un jeune détenu auquel j’ai été confronté, il avait 17 ans. Au fil des pages de son dossier, je comprenais qu’il n’avait cessé de se mettre en danger afin que l’on s’occupe de lui. Sa mère l’avait abandonné à 5 ans et il avait été élevé seul par son père. Un jour, le père est convoqué à l’école pour le mauvais comportement de son fils. Pour rappeler son fils à l’ordre, il le gifle en présence de l’enseignante et de la psychologue scolaire. Immédiatement, elles lui interdisent de frapper son enfant. Se sentant désavoué par l’autorité scolaire, le père met alors de la distance vis-à-vis de son enfant, lequel se met de plus en plus en danger pour capter à nouveau son attention : par exemple traverser des autoroutes en marchant. Jusqu’au jour où il commet l’irréparable et se pend. C’était il y a près de 8 ans. C’était le premier, il y en a malheureusement eu quelques autres. Un sentiment de grande tristesse et de colère m’envahit à chaque fois que je me les remémore.

Vous avez appris le métier sur le tas. Commentfait-on, pour gérer ce genre de situation ? 

Observer, écouter les professionnels de terrain. Le rôle du directeur est de mettre en perspective leur action et de faire que leurs interventions se fassent en cohérence. L’important est de montrer une direction qui « fait sens » : au quotidien nous sommes tellement occupés à poursuivre l’action engagée que nous pouvons oublier la « finalité » institutionnelle de notre action.

Fin 2005, Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, proposait dans le cadre de son avant-projet de loi sur la prévention de la délinquance un « dépistage précoce des enfants présentant des troubles du comportement », prévoyant entre autres la création d’un « carnet de comportement » censé répertorier ces signes de la naissance à l’âge adulte. Une mesure finalement abandonnée dans le texte définitif voté en 2007. Quel est votre regard concernant ce type de dispositifs ? 

L’objectif était a priori, de repérer très tôt les difficultés chez certains enfants, au comportement violent. Prenez l’exemple d’un enfant de maternelle qui s’exprime avant tout par des coups de pieds etc. Vous rencontrez des situations comme celle-là dans nombre d’écoles et dans tous les milieux ! Institutionnellement nous devons avec l’équipe enseignante, le personnel de santé scolaire, déterminer s’il s’agit d’un épiphénomène ou d’un malaise plus profond. Il est plus facile d’intervenir, en éducatif et non en médicalisation, auprès d’un tout petit qu’avec un adolescent de 17 ans. Poser le cadre est important. Tous les éducateurs vous le diront ! Néanmoins, certains jeunes ontdes parcours de vie si compliqués, que cette inscription dans le cadre de vie collective ne va pas de soi. C’est dans ce type de situation qu’il faut réussirà mettre les bons moyens au bon moment. La difficulté est qu’on n’a pas toujours les moyens bien proportionnés, au bon moment... 

Estimez-vous donc que les politiques se déchargent d’une partie de leurs responsabilités ? 

Ce n’est pas une question de décharge, mais plutôt du rôle et de la place de chacun entre politiques et administratifs. Lorsque j’étais directeur de la PJJ notre mission a consisté à réaffirmer la mise en œuvre de la partie des lois de 1983 qui confie le financement de la protection des mineurs en danger aux Conseils départementaux. Charge à l’Etat, la PJJ, de se concentrer sur les mineurs les plus compliqués, ceux qui ont franchi les limites de la loi. Était-il de bonne administration de devoiren 2007 se préoccuper de la mise en œuvre de dispositions législatives votées 24 ans plus tôt ? 

L’Etatdevait et doit peut-être encore être interrogé sur la protection judiciaire de la jeunesse dans le cadre pénal. On confie à des associations, certes habilitées, la gestion de centres éducatifs fermés qui par décision de justice contraignent physiquement les mineurs : logiquement, une mission de contrainte physique devrait plutôt incomber à l’Etat et à ses éducateurs.  

Même si j’ai été soutenu par la plupart de mes ministres, réaffirmer que l’Etat devait se recentrer sur les mineurs les plus en difficulté m’a valu une forte contestation de la part de certaines organisations syndicales ou de juges pour enfants. Peut-être également parce que cette orientation nous a amené à réviser le dispositif territorial (15 à 9 directions interrégionales, et de 100 à 50 directions départementales) pour se pencher sur les territoires à forte concentration de délinquance des mineurs. 

Propos recueillis par Claire Bauchart (Promo 10)

L'oeil du CEVIPOF - Démocratie et citoyenneté

L'oeil du CEVIPOF - Démocratie et citoyenneté

Correspondance politique - "La trinité autorité - transmission - liberté économique"

Correspondance politique - "La trinité autorité - transmission - liberté économique"