Correspondance politique - L'élection des divisions

Correspondance politique - L'élection des divisions

Notre plume de droite, Erwan Le Noan, s'alarme des résultats du premier tour qui "suscitent de sérieuses interrogations, voire de vives inquiétudes". Il imagine également différents scenarii sur la recomposition du paysage politique à l'approche des législatives. 

Relire la dernière lettre de John Palacin, publiée juste avant le premier tour, dans laquelle il écrivait "Je crois que la Ve République brûle de ses derniers feux". 

Erwan Le Noan et John Palacin 102 HD.jpg

Cher John,

Quels résultats !

Le Parti socialiste et Les Républicains éliminés de la course présidentielle dès le premier tour ! Qui l’aurait imaginé il y a un an ? Qui aurait imaginé aussi que le second tour serait dominé par un membre du gouvernement sortant de François Hollande ?

Soyons honnêtes : ces éliminations sont assez compréhensibles, voire méritées. Du côté du PS, ce n’est une nouvelle pour personne que le mandat qui s’achève a profondément déçu (et pour cause ! quel désastre…). Du côté LR, c’est peu de dire que le candidat avait suscité une déception, et même une hostilité, dans l’opinion. C’est d’autant plus regrettable que son programme était probablement le plus ambitieux pour réformer la France. Ses « affaires » ont conduit la droite à perdre l’élection imperdable.

N’avez-vous pas trouvé qu’il y avait un extraordinaire décalage entre les images de télévision, pleine d’une joie « en marche », et la réalité électorale, plutôt cataclysmique ? La qualification d’Emmanuel Macron est évidemment une performance et on comprend son enthousiasme : selon toute vraisemblance, il sera élu président de la République le 7 mai prochain. On l’a donc vu faire un discours et organiser une célébration de second tour, le soir du premier. Je ne suis pas sûr que c’était très habile. Car les résultats du 23 avril peuvent également susciter de sérieuses interrogations, voire certaines vives inquiétudes.

Première inquiétude : la faiblesse des candidats issus des formations au pouvoir. Ces partis « de gouvernement » (formule simpliste, mais que chacun comprendra) que sont François Fillon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron ne rassemblent collectivement que 50,01% des suffrages (38% des inscrits). Cela veut dire aussi que 49,99% des électeurs ont voté pour un candidat qui peut appartenir à une catégorie vague dans laquelle j’agglutine les candidats du « rejet » du « système », les populismes et les extrêmes. A cette fracture, on peut ajouter celles bien connues de la France de l’Ouest / de l’Est, des villes / des campagnes. Le pays va mal et l’intervention du candidat d’En Marche le 23 avril au soir donnait l’impression qu’il ne l’avait pas totalement pris en compte, voire perçu.

Deuxième inquiétude : le score d’Emmanuel Macron, peut-être trop bas pour construire un mandat. Il obtient 24,01% des suffrages. Ce n’est pas très haut. Surtout, cela ne représente que 18,2% des inscrits : c’est une base électorale incertaine pour gouverner pendant cinq ans surtout si, comme le montre les premiers sondages, son score n’était pas porté par une adhésion élevée. D’après une enquête Opinionway, seuls 54% de ses électeurs étaient motivés par un vote d’adhésion (cela ne ferait donc que 9,8% des inscrits) ; les 45% autres l’ont choisi par « vote utile ». Plus délicat encore, seuls 65% de ses électeurs veulent qu’il soit élu président… Cela ne change rien au résultat, mais c’est un facteur à prendre en compte dans sa politique. Emmanuel Macron a montré son talent, mais il continue de marcher sur une ligne de crête : l’élection présidentielle n’est pas du tout une ligne d’arrivée.

Troisième inquiétude, qui découle de la précédente : la capacité d’Emmanuel Macron à gouverner. S’il est élu, pourra-t-il réformer efficacement le pays et avec qui ? Le leader d’En Marche semble croire qu’il obtiendra une majorité absolue au Parlement. Est-ce certain ? Si ce n’est pas le cas, il gouvernera par coalition, négociant texte par texte en réunissant une « majorité d’idées ». Voilà une démarche intéressante, mais peut-elle être durable, compte tenu notamment de nos institutions ? J’en doute très fortement. Les majorités ne sont jamais uniformes et parfaitement unies, mais Emmanuel Macron rajoute de sacrés défis ! Il faut souhaiter qu’il réussisse, mais pour le moment, admettons que nous sommes dans le brouillard…

Quatrième inquiétude, l’avenir brouillé de la gauche et de la droite. Comment va se recomposer le paysage politique français ?

A gauche, la logique serait que se dégagent deux pôles, qui sont historiques : un autour du nouveau président de la République, qui réunisse la gauche libérale (ce serait en somme la réunion de la gauche Hollande / Valls / Macron) ; un autre autour de Benoît Hamon / Jean-Luc Mélenchon, le PCF. En termes de représentations politiques, ce ne serait pas pas une révolution ; par contre, c’est un défi énorme pour le parti socialiste : comment va-t-il négocier ce tournant ? La décision de Jean-Luc Mélenchon de ne pas appeler à voter contre Marine Le Pen va probablement le sauver un peu : la gauche du PS n’a pas ses réserves et a des réflexes démocratiques plus forts, qui devraient refroidir son attrait.

A droite, la logique joue également en faveur de deux pôles, également historiques : un pôle centriste et un d’inspiration bonapartiste. Il n’est pas impossible que le premier acquiert un plus grand poids, mais il risque aussi d’être attiré par les sirènes du macronisme (ou, plus prosaïquement, du pouvoir) ; le second devra trouver un équilibre délicat pour conserver une partie de son électorat, tenté par l’extrême droite.

Emmanuel Macron va vouloir faire voler en éclat la droite. Son intention est claire, d’ailleurs : rassembler ceux qu’il juge « compatibles » et pousser les autres (la droite de LR, qu’il a déjà accusée d’avoir tourné le dos à la République) vers le FN. Ce serait habile de sa part, mais je ne suis vraiment pas certain que cela soit idéal pour le pays. Que se passera-t-il dans un paysage politique qui tripartite, avec une gauche radicalisée, un « En marche » centralisé et une droite front nationalisée ? Le parti présidentiel sera monopolistique de fait, ce qui lui permettra de gouverner le plus longtemps possible de façon sereine. Mais il sera traversé de profondes contradictions (je crois que le clivage gauche / droite n’a évidemment pas disparu). Surtout, quelle alternative restera-t-il aux mécontents ou aux déçus, si ce n’est un vote pour les extrêmes ?

A l’extrême-droite, la défaite annoncée de Marine Le Pen devrait rouvrir les hostilités entre le camp « Marion » et le camp « Philippot ». Le parti a pourtant remporté un grand succès de son point de vue : il est qualifié au second tour dans un contexte de forte participation et a progressé en termes de voix au premier tour (+ 1,25 millions par rapport au premier tour de 2012).

Les prochains grands moments pour décanter tout cela vont arriver très vite.

D’abord, il y aura le second tour de l’élection présidentielle. Le score d’Emmanuel Macron, qui, sauf désastre et faute majeure, devrait être vraisemblablement élu, sera scruté de près. Le défi n’est pas mince : face à Marine Le Pen, c’est lui qui incarne les sortants et le « système ».

Ensuite, surtout, il y aura les élections législatives. Ce sera l’enjeu prioritaire pour le nouveau président mais aussi pour les partis comme le PS et les Républicains. A gauche, il n’est interdit de penser qu’un bon nombre de députés socialistes qui veulent être reconduits vont rejoindre En Marche. A droite, ce devrait être moins le cas. Mais on sait pertinemment que certains responsables ont commencé à négocier leurs postes au gouvernement. Si certains rallient Emmanuel Macron avant les élections, cela risque de troubler leur électorat. Au fond, s’il est élu, Emmanuel Macron a tout intérêt à continuer à déstructurer toute l’offre politique, à entretenir le chaos dans les partis.

Quel paradoxe que cette élection pour le moment. Le parti socialiste est laminé (mais pas la gauche) et Les républicains, annoncés victorieux, sont lamentablement défaits (mais il faut attendre les législatives pour savoir si la droite l’est aussi). Celui qui devait incarner le renouveau est clairement le représentant des gens en place face à l’incarnation du « dégagisme » qu’est Marine Le Pen. Alors que son élection devait être un souffle, elle est pour le moment une brise fébrile. Il devait rassurer et clarifier, mais il se nourrit de la désorganisation. Tout cela ouvre de possibles opportunités mais également de grandes inquiétudes et de menaces…

 

"Pourquoi j'ai décidé d'arrêter la politique"

"Pourquoi j'ai décidé d'arrêter la politique"

L'opinion est-elle une science exacte ?

L'opinion est-elle une science exacte ?