« Les Français votent FN parce que… »

« Les Français votent FN parce que… »

Émile a demandé à Emmanuel Rivière de nous expliquer les raisons pour lesquelles, selon lui, certains citoyens français choisissent de voter pour le Front national.

Meeting du FN le 1er mai 2012 (Crédits : Blandine Le Cain/CC)

Meeting du FN le 1er mai 2012 (Crédits : Blandine Le Cain/CC)

Les Français, ou disons un quart d’entre eux, votent Front national parce qu’ils sont inquiets et en colère. Inquiets d’assister à ce qu’ils décrivent comme le déclin de notre pays, la perte de son identité et de la maîtrise de son destin. Ils ne veulent plus subir, et expriment un profond ressentiment contre des partis et des dirigeants dont ils pensent qu’ils vivent dans une autre réalité où ils ne défendent que leurs intérêts individuels et leur appétit de pouvoir.

À vrai dire, la plupart des Français partagent ces inquiétudes et ce ressentiment, cependant les trois quart d’entre eux ne votent pas (pour l’instant) pour le Front national. Ne faut-il pas plutôt se demander pourquoi des Français inquiets et en colère ne votent pas Front national ?  Parce qu’ils ne concentrent pas leur inquiétude sur la question migratoire, obsessionnelle pour les électeurs Frontistes, qu’ils estiment que les solutions prônées par le Front national notamment vis-à-vis de l’Europe représentent plus un danger qu’un salut pour la France et, surtout, parce que la plupart d’entre eux (notamment les plus âgés) voient encore dans le Front national un descendant de l’extrême droite du XXème siècle et un cousin de ses nostalgiques d’aujourd’hui.   

Combien de temps ces Français inquiets et en colère résisteront à la tentation du vote FN ? Si on s’efforçait de répondre à leur colère et à leur inquiétude plutôt que de chercher à l’exploiter, on éviterait la réponse à cette question.

Tribune - « Cessons de faire de la politique un métier à vie ! »

Tribune - « Cessons de faire de la politique un métier à vie ! »

Le coq, le pigeon et la brebis, par Anne Roumanoff

Le coq, le pigeon et la brebis, par Anne Roumanoff