Tribune - Mélenchon et Hamon ne sont pas interchangeables

Tribune - Mélenchon et Hamon ne sont pas interchangeables

Dans une tribune publiée sur le site du Figaro, Jérôme Sainte-Marie (promo 90) explique comment la question européenne, qui oppose Hamon et Mélenchon, est au fondement du chamboulement de la vie politique française autour de la question de la souveraineté.

Le dialogue avorté entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon annonce un combat impitoyable entre ces deux personnes qui se connaissent bien et ont parfois milité ensemble à la gauche du Parti socialiste. Respectivement en quatrième et cinquième positions dans les sondages d'intentions de vote réalisés depuis la désignation du candidat socialiste, ils abordent ce duel avec des ressources très différentes dans l'opinion. Au-delà de leur ambition personnelle, il se joue dans leur affrontement la place qu'occupera le courant électoral issu de la tradition socialiste dans la recomposition politique en cours, avec comme point nodal le rapport à la souveraineté.

Deux figures bien distinctes

L'idée d'un éventuel retrait d'un des deux candidats repose sur l'hypothèse qu'il y aurait un projet, on n'ose écrire un programme, commun pouvant aussi bien être porté par l'un ou par l'autre. S'impose ici l'analogie avec le forfait communiste en 1965 et 1974, et le profit qu'en tira François Mitterrand. Pour que cela soit concevable, il faudrait qu'existe une population ayant à peu près les mêmes attentes et les mêmes valeurs, condition d'une candidature unique pour les porter.

Or, la résilience de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages d'intentions de vote montre qu'il dispose d'une base électorale spécifique. Les 11% d'électeurs l'ayant choisi en 2012 n'ont pas trouvé durant la politique du quinquennat d'élément pour leur faire regretter. C'est pourquoi, si les sondages ont enregistré une chute brutale du leader de la France insoumise juste après la primaire socialiste, lui faisant perdre le tiers de ses intentions de vote, un rééquilibrage s'est produit, toujours fragile.

De leur côté, une bonne partie des électeurs qui se portent aujourd'hui sur Benoît Hamon le font par fidélité au Parti socialiste, y compris s'il ne partage pas tous les choix de l'ancien frondeur. Ceux-ci pourraient le cas échéant s'abstenir ou voter pour Emmanuel Macron, mais certainement pas pour Jean-Luc Mélenchon. Chacun voit que pour Benoît Hamon, le soutien du parti au pouvoir est aussi bien une gêne politique qu'un puissant avantage pratique. Il pâtit aussi d'une image encore mal dessinée, et l'on s'aperçoit que dans l'enquête menée par Ipsos pour le Cevipof, le candidat socialiste est avant tout décrit comme «sympathique» et «honnête», tandis que Jean-Luc Mélenchon se voit d'abord attribué comme qualificatif sa volonté de «changer les choses» et sa compréhension supposée des problèmes des gens. Dans les deux cas, les notions d'efficacité ou de présidentialité sont peu citées.

Un affrontement politique clairement situé

La différence entre les deux électorats ne se joue pas actuellement sur leur profil socio-démographique, notamment parce qu'une bonne part des cadres votant socialistes sont partis du côté d'Emmanuel Macron. La divergence se fait avant tout sur l'identité politique, avec un facteur déjà présent et qui devrait s'accentuer au fil de la campagne, la relation à la construction européenne.

Le parcours des deux candidats donne le sentiment trompeur d'une grande proximité sur cette question, qui a déchiré la gauche et le Parti socialiste. Après avoir soutenu le «oui» en 1992, ils ont voté «non» au référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen, comme 56% des sympathisants socialistes, et se sont déclarés ensuite opposés au Traité de Lisbonne. Il y a bien chez Benoît Hamon l'invocation régulière d'une Europe souhaitable, sociale et citoyenne comme l'on dit à gauche, qui s'accompagne d'une dénonciation rituelle des forces conservatrices ou «ultra-libérales» qui seraient à l'œuvre dans les institutions européennes. Cette similitude de ton se retrouve chez l'économiste Thomas Piketty, engagé dans la campagne socialiste, lorsqu'il vilipende tel ou tel aspect de la politique de l'Union.

Il ne faut cependant pas longtemps pour constater la différence fondamentale entre les deux projets sur ce point. Le programme de la «France insoumise» en ses points 51 et 52 établit clairement qu'après une phase de renégociation proposé par la France à l'Union européenne, un Jean-Luc Mélenchon président annoncerait, même en cas d'accord, un référendum national sur l'Union européenne. Si les négociations échouaient, il recourrait au «plan B», qui correspondrait schématiquement à un «Frexit». Cette démarche, portée notamment par l'économiste Jacques Généreux, diverge grandement de celle de Benoît Hamon. Cette dernière s'inscrit dans le projet fédéraliste depuis longtemps soutenu par Thomas Piketty, selon la logique particulière qu'aux problèmes que poserait l'Europe il faille répondre par davantage d'Europe.

La logique conflictuelle de la campagne ne pourra que populariser la différence fondamentale entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon sur la question européenne et, partant, sur celle de la souveraineté nationale. Les deux candidats devant par ailleurs justifier leur maintien, ils y trouveront une explication programmatique idéale sur le sujet européen. Benoît Hamon tentera d'expliquer que son concurrent glisse par radicalité sur une pente nationaliste, cependant que Jean-Luc Mélenchon pourra lui reprocher d'assortir sa définition du souhaitable d'une clause d'impossibilité pratique.

Dès lors, et quelle que soit celui qui arrivera devant l'autre au soir du premier tour, la configuration idéologique de ce qui fut la gauche sera modifiée. Le parcours politique de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon rend très difficile de réduire leur affrontement à une «gauche très à gauche» contre une «gauche moins à gauche», comme on l'aurait fait si Manuel Valls avait été désigné. La coexistence maintenue au sein de l'électorat de gauche entre europhiles et eurosceptiques risque bien de ne pas survivre aux scrutins de 2017, entraînant à son tour cette famille politique dans le grand reclassement actuel.

Dissertation - L'échec en politique

Dissertation - L'échec en politique

Tribune - Les sondages sont-ils dépassés ?

Tribune - Les sondages sont-ils dépassés ?