Mai 68 à Sciences Po

Mai 68 à Sciences Po

La révolution étudiante de mai 68 n'épargne pas la rue Saint Guillaume. Amphithéâtre Che Guevara, bibliothèque Mao Tsé-Toung... l'école est occupée et ses lieux emblématiques sont rebaptisés au nom de révolutionnaires communistes.

Quelques jours après la nuit des barricades, le 14 mai 1968, une première assemblée générale se tient en Boutmy et l'occupation de Sciences Po est décrétée par les étudiants. Ainsi, l'école va être le théâtre d'une étrange cohabitation pendant plusieurs semaines durant lesquelles étudiants et personnels administratifs veillent jour et nuit au 27 rue Saint Guillaume, les uns pour occuper l'école, les autres pour empêcher les dégradations. Le 29 juin, après 47 jours d'occupation, l'école est évacuée. On ne déplore pas de sérieux incidents si ce n'est un raid du groupe Occident qui fait plusieurs blessés dans la journée du 20 mai.

Emile vous propose de revenir en images sur cet épisode méconnu de l'histoire de Sciences Po.

Rétrospective de mai 68 à Sciences Po dans notre revue en 2008.

Rétrospective de mai 68 à Sciences Po dans notre revue en 2008.

Le 18 juin 1968 à 17h30, le jour anniversaire de l'appel du Général de Gaulle, une banderole "Sciences Po dit non à la dictature gaulliste" est tendue devant le 27 rue Saint Guillaume. Le même jour, la police demande le retrait des drapeaux rouges qui ornent l'établissement.

Durant l'occupation les slogans fleurissent sur les murs de l'école.

Durant l'occupation les slogans fleurissent sur les murs de l'école.

Les débats sont continus, jour et nuit, dans les amphithéâtres de l'école. Les étudiants réclament des réformes dans la gouvernance de Sciences Po. Durant cette période, la direction ne maîtrise plus l'usage des locaux de l'école. On raconte qu'un singe est même introduit dans les locaux de l'établissement le 14 juin.

[Il y a 7 ans] Emmanuel Macron : "Je ne suis pas un héritier"

[Il y a 7 ans] Emmanuel Macron : "Je ne suis pas un héritier"

Les Sciences Po et la présidentielle de 2002

Les Sciences Po et la présidentielle de 2002