Les livres politiques du mois de mars

Les livres politiques du mois de mars

Tous les mois, la rédaction d'Émile vous propose une sélection de livres abordant des questions politiques sous différents angles. En mars, place à l’éclectisme, avec le dernier essai d’Edwy Plenel sur le futur des « gilets jaunes », un témoignage singulier sur l’expérience sénatoriale de Corinne Bouchoux, le parcours de deux étudiants sur les routes de France pour parler d’Europe aux citoyens et le récit d’Assia, un homme au destin exceptionnel qui s’ancre dans les grandes tragédies du XX siècle.

La Victoire des vaincus. À propos des gilets jaunes

la victoire des vaincus.jpg

Loin de dresser le portrait d’une galerie de Français qui se rencontrent sur les « ronds-points », Edwy Plenel, président et fondateur de Mediapart, offre dans son dernier ouvrage une réflexion poussée sur ce qu’il décrit comme un « événement inédit, inventif et incontrôlable » : la révolte des « gilets jaunes ». Choisissant comme point de vue une proximité avec le mouvement, il cherche néanmoins à en déchiffrer ses énigmes, en mêlant présent et passé.

Cet essai sur le futur des « gilets jaunes » et de la portée novatrice, démocratique et révolutionnaire du mouvement se veut une mise en garde face à la réaction épidermique d’un exécutif déstabilisé, qui pourrait mener à une récupération politique par les extrêmes. Aux acteurs de faire leur travail et de s’engager pour « mener la bataille de l’égalité auprès des “gilets jaunes” », de réformer et surtout, de se remettre en question pour regagner la confiance de leur concitoyens. En cas de catastrophe, selon Edwy Plenel, ils ne pourront pas dire qu’ils n’étaient pas prévenus.

La victoire des vaincus. À propos des gilets jaunes, Edwy Plenel, Éditions La Découverte, 176 pages, 14 euros.

 

De l’utilité du Sénat et de l’écologie

De l'utilité du Sénat et de l'écologie

Alors que les témoignages de députés sont légion, il n’existe que très peu d’ouvrages et d’écrits consacré au Sénat et à ses élus. C’est pour y remédier que, dès son élection en tant que sénatrice du Maine-et-Loire en 2011, Corinne Bouchoux, historienne et professeure de profession, s’est donné pour objectif de rendre compte de son mandat.

Loin des idées reçues d’un Sénat vieillissant, elle décrit ses engagements locaux et au sein de l’hémicycle, offrant ainsi une véritable plongée au cœur d’un rouage souvent méconnu de l’appareil législatif qu’est le Sénat. Du poids des lobbies au jeu des partis, en passant par les querelles internes, celle qui était la présidente du groupe Europe-Écologie-Les-Verts au Sénat livre ici un témoignage inédit sur la réalité de ce qui se déroule derrière les portes du Palais du Luxembourg.

De l’utilité du Sénat et de l’écologie, Corinne Bouchoux (promo 86), Éditions du Petit Pavé, 184 pages, 18 euros.

 

Des Europes et des hommes, Chroniques d’un Tour de France pour rallumer les étoiles

des europes et des hommes.jpg

Six mois sur les routes de France, des villes aux campagnes, pour rencontrer, informer et donner la paroles aux Français sur la très décriée « Europe des 28 ». C’est dans ce projet que se sont lancés Ariane Forgues, 23 ans, et son acolyte Baptiste Énaud, 24 ans, au terme d’une conversation téléphonique banale, où tous deux échangeaient sur la nécessité de redorer le blason de l’Europe et de ce qu’elle apporte à ses concitoyens. Une association, un crowdfunding et un itinéraire plus tard, ils se sont lancés pour 172 jours de voyage dans 302 villes de France. Ils ont posé la même question à plus de 5 000 personnes : « Selon vous, comment améliorer l’Europe de demain ? », et ont récolté des centaines d’idées pour concrétiser le rapport des citoyens à l’Europe. En 12 chapitres, Ariane Forgues, aujourd’hui attachée parlementaire d’Alain Lamassoure, député européen et ancien ministre, retrace son périple, entre anecdotes et propositions recueillies, et raconte simplement la relation des Français à l’Europe, optimiste et fraîche.

Des Europes et des hommes. Chroniques d’un Tour de France pour rallumer les étoiles, Ariane Forgues (promo 16), Éditions Jets d’encre, 224 pages, 17 euros.

 

Le siècle d’Assia

le siècle d'assia.jpg

Emmanuel Genstein est né en 1903 à Rovno, en Ukraine. Tout le monde l’appelait Assia, diminutif de Manasseh, qui signifie « l’oublieux ». Mais cet homme, qui avait dû quitter sa famille et son pays, l’Ukraine à 16 ans, pour échapper à la guerre civile, n’a rien oublié. Ni les camps, ni le massacre de sa famille, juive et profondément russe. Il a débarqué en France après un passage en tant que maçon dans un kibboutz palestinien. À Belleville, où il fabriquait des bracelets de montre dans sa petite boutique de Belleville, il s’est demandé de nombreuses fois : « Pourquoi eux et pas moi ? »

Sa petite-fille, lui consacre son premier livre, pour « ne pas oublier » le destin de cet homme, dont l’histoire s’ancre dans les grandes tragédies du XXᵉ siècle. Major de l’ENA, Marguerite Bérard nous livre dans cet ouvrage un récit personnel, familial et émouvant.

Le Siècle d’Assia, Marguerite Bérard (promo 99), Éditions Flammarion, 200 pages, 18 euros.



Au cœur de la tempête médiatique

Au cœur de la tempête médiatique

L'opéra, une espèce menacée ?

L'opéra, une espèce menacée ?