Analyse - Enrico Letta : "Le leadership d’Angela Merkel sera déterminant"

Analyse - Enrico Letta : "Le leadership d’Angela Merkel sera déterminant"

Quelques jours après les élections législatives allemandes, Enrico Letta, ancien président du Conseil italien et doyen de l'Ecole des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), livre son analyse dans un entretien publié mercredi dans TéléramaIl y décrypte les défis de la chancelière pour relancer la construction européenne. 

 Enrico Letta dans son bureau à Sciences Po, en 2015 (Crédits : DR)

Enrico Letta dans son bureau à Sciences Po, en 2015 (Crédits : DR)

La courte victoire de la CDU et d’Angela Merkel aux élections législatives de dimanche 24 septembre 2017 ouvre une période d’incertitudes pour la vie politique allemande et, au-delà, pour l’Union européenne. L’extrême droite "d’Alternative fûr Deutschland" fait son entrée au Parlement avec plus de 90 députés. Les sociaux-démocrates du SPD, eux, ont exclu de reconduire leur coalition avec la CDU de la chancelière, contrainte par conséquent de former une coalition avec les libéraux du FDP. Mais la CDU et le FDP ne sont pas majoritaires à eux seuls : il ne reste donc à Angela Merkel que l’option périlleuse de former une coalition avec les libéraux du FDP et les Verts. Les lignes de fracture entre les Libéraux et les Verts étant nombreuses, un risque de blocage se profile.

Ce résultat du vote allemand est-il une mauvaise nouvelle pour l’Europe ?

Oui, incontestablement, en ce qu’il marque l’entrée au Bundestag (Parlement allemand) de députés de l’AFD. Cette ascension d’un parti aux racines néo-nazies, qui assume et revendique une remise en cause des valeurs clés de l’Allemagne de l’après Seconde Guerre mondiale, est une nouvelle terrible, qui mine nos certitudes. Ces idées se répandent dangereusement dans certains pays de l’est de l’Europe – notamment la Hongrie et la Pologne –, et les voir ainsi percer en Allemagne est extrêmement préoccupant.

Cependant, vous voyez aussi le verre à moitié plein à l’issue de ce scrutin ?

Au moins pour deux raisons. D’abord, parce qu’Angela Merkel entame un quatrième mandat, vraisemblablement le dernier, et que c’est le moment ou jamais pour elle de chercher à laisser sa trace dans l’Histoire. La construction européenne est une formidable occasion pour elle, seul grand leader de son pays même si elle paraît plus faible qu’auparavant, de marquer son empreinte, et j’espère qu’elle va la saisir avec force.

L’autre aspect positif, c’est que la percée de l’AFD prouve que le statu quo n’est pas une option viable. Depuis des années, l’Allemagne joue en défense, elle est dans une position de prudence et d’immobilité vis-à-vis de l’Europe, par peur de cette montée populiste. Elle a ainsi bloqué toutes les grandes innovations depuis le mécanisme européen de stabilité de 2012, puis l’union bancaire de 2013. L’Allemagne s’est montrée attentiste, ces réformes sont restées inachevées, et les populistes ont tout de même prospéré. Ce vote nous démontre avec force qu’il faut agir !

[...] 

Angela Merkel peut-elle se sortir de cette ornière ?

Elle va devoir se livrer à un exercice extrêmement compliqué, et déployer tout son talent politique. Gérer une cohabitation entre les Verts et le FDP sera très difficile ; ils ont de nombreux désaccords, le FDP est méfiant envers l’Europe – en particulier hostile à un budget de la zone euro. Si les tractations pour une telle coalition à trois échouent, la toute dernière chance sera de convaincre les sociaux-démocrates du SPD de revenir dans la grande coalition qu’ils rejettent aujourd’hui. Je ne pense pas que cela soit impossible, mais il est trop tôt pour l’envisager.

[...] 

L'entretien dans son intégralité est à retrouver sur le site de Télérama

Sortie d'amphi - La réforme du code du travail

Sortie d'amphi - La réforme du code du travail

Le billet de Pascal Perrineau - Sénatoriales : les difficultés commencent...

Le billet de Pascal Perrineau - Sénatoriales : les difficultés commencent...