Analyse - La social-démocratie a-t-elle encore un avenir en France ?

Analyse - La social-démocratie a-t-elle encore un avenir en France ?

Le Parti socialiste réunit son 78ème congrès à Aubervilliers les 7 et 8 avril prochain. Quatre candidats sont actuellement en lice pour briguer le poste de Premier secrétaire. Comment le socialisme à la française sortira-t-il de cette énième confrontation ? Le PS parviendra t-il à surmonter la crise majeure que connaît la social-démocratie partout en Europe ? Ce congrès sera-t-il le dernier ou, au contraire, sa résilience, plusieurs fois déjà éprouvée, lui permettra-t-elle de rebondir ? Daniel Lurber (Promo 89) nous propose quelques clés d'analyse pour mieux comprendre l'enjeu des élections internes au PS à venir.

 Siège du Parti Socialiste à Solférino   Photo : Hegor

Siège du Parti Socialiste à Solférino

Photo : Hegor

Historiquement, le socialisme français, qui s’unifia à grand peine en 1905, a connu déjà des épreuves qui l’ont à plusieurs reprises menacé de disparition : la scission d’avec les communistes en 1920, le naufrage de la majorité du Front populaire accordant les pleins-pouvoirs à Pétain en 1940, la caution apportée par la SFIO à la répression de la guerre d’Algérie en 1958, son incompréhension de la nouvelle République ou de Mai 68, son naufrage de la présidentielle de 1969 ou aux législatives de 1993… A chaque fois, il surmonta ces défis, sachant s’adapter et se régénérer par des apports extérieurs, afin d’accomplir sa mission historique de fonder l’Etat-providence, de construire l’économie sociale de marché, de démocratiser la République.

Cette mission achevée, le socialisme français, singulier dans sa radicalité au sein d’une social-démocratie européenne plus tempérée, connaît, comme ses partenaires, une profonde remise en cause. Son effondrement électoral est sans précédent. Il disposait en 2012 de tous les leviers: la Présidence de la République, la majorité dans les deux chambres, sans précédent –mais en coalition fragile au Sénat-, comme dans les collectivités locales. Mais lorsqu’il accède aux responsabilités, il est déjà profondément divisé, non seulement sur l’Europe, depuis le référendum de 2005, mais aussi sur sa vision de la société et de l’économie. Construit en réaction à la société industrielle, il peine à comprendre l’émergence de la nouvelle économie, comme en témoigna l’épisode des pigeons, révolte fiscale des start-upeurs, qui permit néanmoins une conversion rapide à la French Tech. Non pas que le nouveau monde ne produise plus d’inégalités et d’injustices, mais il porte un individualisme, un désir d’émancipation et d’horizontalité, de mobilité, d’agilité et de modernité auxquels la social-démocratie n’arrive plus à trouver de réponse.

Cette crise majeure n’est pas seulement française et affecte toute la social-démocratie européenne. Même le SPD, junior partner de la démocratie-chrétienne, qui a su, grâce à la coalition, imposer des réformes sociales comme le salaire minimum ou la rétraite précoce pour les longues carrières, paye encore le prix des réformes Hartz-Schröder qui ont précarisé les travailleurs allemands.

Partout, la social-démocratie est confrontée à l’apparition de nouveaux clivages politiques : société ouverte ou fermée, économie de rentes et de statuts ou économie d’innovation et d’expérimentation, régulations étatiques ou auto-régulations, tradition parlementariste plurielle ou incarnation de l’homme providentiel, de la verticalité et de la priorité communicationnelle.

S’ajoute, pour le PS français, son traditionnel remords du pouvoir, ses divisions permanentes, la désaffection croissante des classes populaires et de ses socles traditionnels : fonction publique, enseignants, intellectuels. Avec seulement 20 000 votants lors de la dernière consultation statutaire, le 18 janvier, ce qui a néanmoins souligné qu’il demeure l’une de seules grandes organisations démocratiques au sein de laquelle le militant a toujours le dernier mot, il ne tient plus que grâce à son réseaux d’élus locaux, que traduit le poids deux fois plus important de son groupe au Sénat qu’à l’Assemblée nationale. Il a souffert de la distanciation progressive entre militants et élus d’une part, entre militants-élus et associations ou intellectuels d’autre part, de l’abandon de la réflexion doctrinale sous-traitée à des think tanks, de la dépossession croissante des militants sur la désignation de leur candidat à la présidentielle, avec les primaires, d’un manque d’autorité, de clarté (réformisme, progressisme, social-écologisme) et d’unité. Son incapacité à défendre et expliquer les réformes économiques, sociales, sociétales et institutionnelles pourtant nombreuses du dernier quinquennat a accentué le désarroi de ses électeurs. Nombre d’entre eux l’ont déserté dès lors que le candidat socialiste à la présidentielle a voulu tendre la main vers la gauche radicale, qui a sensiblement dérivé vers le populisme de gauche, alors que celle-ci ne cherche qu’à le détruire et le remplacer. En ajoutant une conception de la société ne faisant plus du travail une valeur centrale, à rebours du discours historique du socialisme et en voulant prendre l’émancipation du travail au mot, il a sombré comme jamais à la présidentielle.

 De gauche à droite : Luc Carvounas, Olivier Faure, Stéphane Le Foll, Emmanuel Maurel 

De gauche à droite : Luc Carvounas, Olivier Faure, Stéphane Le Foll, Emmanuel Maurel 

Dix mois après, quatre candidats s’affrontent, par le biais de textes d’orientations qui seront soumis au vote des 40 000 militants toujours inscrits, le 15 mars. Puis, le 29 mars, les militants départageront entre les premiers signataires des deux textes arrivés en tête. Ce même jour, les adhérents sont appelés à choisir leurs premiers fédéraux, patrons des PS locaux, et les secrétaires de section. Emmanuel Maurel incarne l’aile gauche, affaiblie par le départ de militants vers Génération.s, le mouvement fondé par Benoit Hamon, voire vers la France Insoumise. Luc Carvounas, ancien proche de Valls, affirme désormais vouloir tendre la main à toute la gauche afin de réunir les progressistes. Stéphane le Foll, ancien ministre proche de François Hollande dont il veut s’émanciper, et Olivier Faure, président du groupe Nouvelle gauche qui rassemble les députés socialistes à l’Assemblée nationale, idéologiquement proches, sont les deux favoris. C’est donc la ligne réformiste qui sera consolidée. Le choix des militants se portera sur la meilleure incarnation d’une opposition qui se veut responsable. C’est alors que commencera le travail le plus dur : une refondation idéologique totale et une adaptation organisationnelle indispensable. Pour espérer avoir un avenir, le PS doit penser juste. Il doit analyser avec pertinence la mondialisation libérale et ses conséquences. Se dégager de l’économisme pour réfléchir à l’objectif de la redistribution. Ne plus sacrifier la vision de la société à construire au profit de la lutte pour les droits individuels. Trouver un juste équilibre entre incarnation et efficacité présidentielles et la représentation parlementaire. Défendre la république laïque sans vouloir opprimer la diversité sociale de la France.

Car, après le disruptif, viendra le temps du déceptif. La politique  de Macron, toujours plus libérale fiscalement pour satisfaire le noyau dur de son électorat et toujours moins humaniste envers les migrants afin de toujours plus briser la droite et en attirer les débris, va interroger, désappointer et décevoir le peuple de gauche. Il faudra alors que le PS soit prêt, avec un discours neuf, à reconstruire un nouveau compromis social adapté au nouveau monde.

 

Hommage - Cathy Leitus, la lumineuse

Hommage - Cathy Leitus, la lumineuse

Les meilleurs tweets - Asile et immigration : une loi qui fait des vagues

Les meilleurs tweets - Asile et immigration : une loi qui fait des vagues