Le Paris de Frédéric Mion

Le Paris de Frédéric Mion

En complément à nos questions sur le projet Campus 2022, et en lien avec notre dossier sur les métropoles européennes, Frédéric Mion a accepté de se confier à Émile sur sa vie parisienne, ses habitudes, ses goûts. Bienvenue dans le Paris du Directeur de Sciences Po. 

 Le directeur de Sciences Po Frédéric Mion    Photo : Vincent Blocquaux / Sciences Po

Le directeur de Sciences Po Frédéric Mion 

Photo : Vincent Blocquaux / Sciences Po

Si vous deviez parler de Paris en trois mots…

C’est une ville effervescente, parce qu’elle pétille d’intelligence, d’initiatives, d’idées. C’est une ville frondeuse, parce que le parisien est râleur et parce qu’il a montré au cours des siècles qu’il savait défier les pouvoirs. Enfin, c’est une ville élégante ; quand on arrive à Paris la première fois, ce qui frappe est l’élégance de nos rues et des gens qui les parcourent.

La rue de Paris que vous préférez ?

Honnêtement, je suis obligé de vous dire que c’est la place Saint Thomas D’aquin, même s’il ne s’agit pas d’une rue. Indépendamment de l’aspect facétieux de cette réponse, j’aime cette place qui a les dimensions d’une place de village ; elle est nichée au cœur d’un quartier extrêmement animé et elle est, en même temps, secrète. C’est un très bel endroit, à la fois parisien et presque provincial.

L’écrivain, le peintre ou l’artiste qui a le mieux évoqué Paris, selon vous ?

Je dirais que certains impressionnistes - Edouard Manet, Claude Monet, Gustave Caillebotte - ont le mieux saisis le Paris qui me parle, une ville en pleine transformation, et notamment son quartier Saint-Lazare, que je connais bien puisque j'habite à côté de la place de l'Europe... 

Un moment insolite vécu à Paris ?

J’ai des souvenirs, à l’époque où j’étais étudiant, de soirées passés sur les toits de la rue d’Ulm, qui étaient interdit d’accès, mais sur lesquels il était de bon ton de se rendre quand même pour des sortes de pique-nique. Je ne sais pas si c’est vraiment insolite, mais la découverte de ce Paris, du quartier Latin, vu d’en haut, depuis un promontoire en principe inaccessible, est un beau souvenir.

Visuel-carrousel-dossier-Ou-sortir-le-soir-a-Paris-نما740x380-C-DR-1.jpg

Frédéric Mion à Paris : Piéton, voiture ou vélo ?

En taxi, pour les nécessités de mon travail et à pied le reste du temps, parce que je trouve que c’est la meilleure manière de découvrir la ville.

Une autre ville, à l’étranger, où vous aimeriez diriger une université ?

Je reviens de Rome où j’ai vu la présidente de la Louis et j’avoue qu’il y avait une petite partie de moi au moment où je reprenais l’avion qui se prenait à rêver en se disant : si je travaillais ici, quel rêve ce serait ! Donc ce pourrait être Rome pour la douceur de vivre, même si la vie dans cette ville est en réalité assez compliquée. À l’opposé, ce pourrait être New York, parce que c’est une ville extraordinairement vibrante d’activités, d’intelligence et de diversité. Mais je pense qu’il y a assez peu de chance qu’on me proposer de diriger une université à Rome ou à New York !

Une autre ville, petite ou grande, où vous aimeriez habiter ? Peut-être Montpellier dont vous êtes originaire ?

Je trouve à Paris un très bel équilibre entre le cadre de vie et la possibilité de développer des activités professionnelles passionnantes. Si je me projette dans une autre ville, je me projette aussi dans une autre vie. Par conséquent, j’ai tendance à écarter Montpellier et je viserais plutôt une toute petite ville, un village même, au bord d’un lac de montagne… J’aimerais bien habiter à Sils-Maria, par exemple, dans le Canton des grisons en Suisse.

Une autre grande métropole, en France ou à l’étranger, vous a-t-elle frappé par ses usages, son urbanisme, son mode de vie ?

Parmi les voyages les plus récents, j’ai été très frappé par Singapour. Ce n’est pas très original ce que je vais dire, mais cette ville est une sorte de triomphe de la volonté et de la rationalité humaine. D’abord, dans la constitution même des espaces urbains puisque c’est une ville qui a été pour partie conquise sur l’océan. C’est une ville dans laquelle tout a été pensé et régi par une sorte de plan directeur, qui est le fruit de la volonté d’un homme au départ, Lee Kuan Yew.

Selon vous, une ville déteint-elle sur ses habitants ? Paris a-t-elle déteint sur vous, pour le meilleur comme pour le pire ?

Oui je pense, après c’est toujours la question de savoir qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier, mais je pense qu’une ville déteint sur ses habitants. À bien des égards, je pense être un provincial, mais désormais je suis un provincial devenu râleur, parfois un peu désagréable, voire hautain, par la fréquentation assidue de Paris depuis 30 ans. Bien sûr, Paris aussi a eu des effets positifs sur moi : cette ville m’a ouvert l’esprit, m’a ouvert des horizons et m’a rendu plus curieux. 



Frédéric Mion : "Cet enracinement au centre de Paris se fait avec la volonté d’inventer l’université du XXIe siècle."

Frédéric Mion : "Cet enracinement au centre de Paris se fait avec la volonté d’inventer l’université du XXIe siècle."

Virginia Raggi, maire de Rome : "Il faut recréer un lien fort entre citoyens et institutions."

Virginia Raggi, maire de Rome : "Il faut recréer un lien fort entre citoyens et institutions."